Le coronavirus se transmet-il dans l’air ?

C’est la question sur laquelle se sont penchés des spécialistes américains. Dans la prestigieuse revues scientifique américaine NEJM, les spécialistes ont conclu que « la transmission du Coronavirus par aérosol est plausible« . Néanmoins, on ne peut pas jusqu’ici confirmer ou infirmer que le Coronavirus peut rester dans l’air et contaminer des personnes qui entourent un malade qui a éternué à titre d’exemple.

Ce qui reste toutefois certain c’est que le coronavirus COVID-19 se transmet essentiellement par voie respiratoire et par contact physique. Les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé et de la quasi-totalité des spécialistes dans le monde vont dans ce sens : la distanciation sociale et l’hygiène corporelle restent le moyen de protection le plus efficace.

le coronavirus COVID-19 se transmet essentiellement par voie respiratoire et par contact physique

Transmission du Coronavirus par aérosol : les critiques

Les auteurs de l’étude américaine ont pu démontrer que le coronavirus pouvait survivre pendant trois heures sous la forme de particules suspendues dans l’air. L’expérimentation consiste à projeter le virus dans l’air par nébulisation, c’est-à-dire avec une sorte de vaporisateur. Mais d’autres chercheurs ont écarté cette piste de contagion car les conditions « normales » dans lesquelles le virus est expulsé ne correspondent pas aux conditions de cette expérimentation.

En effet, les spécialistes ont indiqué que le coronavirus est expulsé dans les gouttelettes de salives projetées dans l’air par la personne qui éternue ou qui tousse, avant de finir rapidement par terre ou sur les surfaces.

Professeur Paul Hunter de l’université East Anglia (Grande Bretagne) a souligné que dans la vie réelle « les gouttelettes tombent au sol assez rapidement par rapport à un aérosol », elles sont plus grosses et donc plus lourdes que celles présentent dans un nuage vaporisé.

« Les aérosols ne constituent pas un modèle particulièrement valide de transmission », a-t-il estimé, en ajoutant que l’étude américaine sur la transmission du CORONAVIRUS « ne change pas forcément notre point de vue sur les risques du Covid-19 ».

« Le risque est surtout de se tenir à environ un mètre de quelqu’un qui est infecté ou en touchant des surfaces sur lesquelles sont tombées ces gouttelettes », a-t-il ajouté.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27 mars 2020

    […] D’autre part, la plupart des masques faciaux fabriqués en papier n’ont pas de filtres spéciaux pour stopper les particules infectieuses qui pourraient se trouver dans l’air, car tout simplement ils ont été conçus pour éviter les éclaboussures de liquides comme le sang et la salive, bien qu’aucune source scientifique n’a confirmé la transmission du virus dans l’air, alors qu’une étude américaine avait prévenu que le coronavirus pourrait rester dans l’air près de 3 heures. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *